À propos

Interview  stylée-décalée :

« Pourquoi le noir ? »

Cédric Tourrette : Pour le deuil voyons !!!!

« Seulement ? »

C.T : Non, c’est une valeur avec laquelle tu peux  atteindre chaque nuance : un noir lumineux, euphorique et  à l’inverse très sombre. C’est une sorte d’identité pour moi, une valeur à laquelle je tiens. Je peux jouer avec, peu importe mon état d’esprit. La difficulté intervient à ce moment –là : retranscrire des sentiments teintés de béatitude au travers de l’obscurité.

« La matière dans laquelle tu te sens le mieux ? »

C.T : La dentelle de calais.

« C’est très classique ? »

C.T : Comme le noir… On arrive à la moderniser, c’est la transparence qui est intéressante. Sur la peau on obtient un très joli rendu. On peut dissimuler facilement et laisser apparaître seulement les parties que l’on souhaite montrer.

« C’est une forme de contrôle tout cela ? »

C.T : En permanence.

« Si je te dis flou »

C.T : De la mousseline.  Je ne l’utilise jamais d’ailleurs par manque de contrôle…

« Si je te dis lumière »

C.T : Le contraire : obscurité.

« Ton déclic ? »

C.T : Alexander Mac Queen,  selon moi  l’homme le plus fascinant. Il travaillait à contre-courant, il partait toujours d’une émotion afin d’arriver à un résultat fabuleux.

« Tu l’as découvert comment ? »

C.T : Dans un édito de magazine (Vogue), « beauté immortelle » je crois. Des teintes automnales avec lesquelles il avait composé une ambiance mortuaire endormie, pas macabre. Une douce mort…

« Où tout commence ? »

C.T : Avec  la musique, une ambiance musicale qui suit mon ouvrage.  Tu passes beaucoup de temps à faire des croquis, à déchirer, recommencer… D’une collection à une autre un long moment s’écoule pour éviter  la redondance. Sauf  la corsetterie qui  fait partie intégrante de chacune de mes compositions.

« Où tout finit ? »

C.T : Quand la photo est prise !! Tout est fini quand je peux  regarder le vêtement  plusieurs jours de suite sans avoir envie de rajouter, d’enlever…

 « Tes ambitions ? »

Essayer de retranscrire au mieux les futures collections avec la nouvelle collaboration. Me situer sur des projets plus artistiques. Arriver à créer une identité personnelle, un univers bien défini, une teinte particulière.

« Pourquoi Motel and hell ? »

C’est le premier projet qui a deux pères !!! C’est dans l’air du temps !!!! Parce-que je crois aussi que c’est un réel aboutissement. C’est une rencontre artistique, motivante, qui m’a redonné l’envie de réaliser. Il y a le film aussi Motel Hell des années 80, comédie dramatique, sanglante, moteur d’inspiration. Le but du jeu est de l’interpréter, en introduisant la mode.

« Comment l’imagines-tu ? »

Diabolique !!!! Avec de nombreuses symboliques, comme l’avènement de quelque chose de nouveau.
D’écraser un peu le passé.

 

« Quelle nouveauté ? »

C.T : Un homme !! On l’a beaucoup fantasmé dans les autres collections et il était important de lui donner un visage.

« Comment le veux-tu ? »

C.T :Présent par le corps, rien d’autre. Le reste ne m’intéresse pas. Il aura pour une fois le rôle que l’on veut lui donner et non pas celui qu’il veut prendre.

« Et la femme ? »

C.T :Elle assumera son rôle, toutes ses qualités seront mises en exergue et il ne s’agira pas cette fois -ci de domination, ni de contrôle.

« Quelle sera sa carapace ? »

C.T :Aucune.

« Tu lis quoi en ce moment ? »

C.T :Hôtel de Dream.

« Ca parle de quoi ? »

C.T :La prostitution masculine dans les années 30.

Il y a aussi Oscar et la dame Rose, c’est une dame qui assiste à la fin de vie d’un petit garçon et elle lui conte sa vie comme un roman chaque jour. C’est très paradoxal car il y a de la tristesse mais en même temps une force, une énergie positive me pousse à lutter contre cela.

« Le film ? »

C.T :Billy Elliott.

« La chanson »

C.T : Life on mars de David Bowie.

« Ton humeur »

C.T : (Soupir) Mélancolique en ce moment, du rire aux larmes, maussade, comme d’habitude, beaucoup de choses changent sauf ça !!!!

« Ta force ? »

C.T :Persévérance.

« Ta faiblesse ? »

C.T : La lassitude.

(Il boit alors une gorgée d’eau, allume une nouvelle cigarette et rit à mon aparté)

« Ton monde parfait ? »

C.T :Un monde sans guerre sans haine !!!! (Il rit) Non je plaisante !!! Sans ennui je pense, je crois que c’est la pire des choses. Il ne peut pas y avoir de monde parfait donc égoïstement de façon très nombriliste, sans ennui.

« Tu t’ennuies ? »

C.T :Trop souvent. J’arrive parfois à m’ennuyer de moi-même. Je m’extraie de mon corps et me trouve d’un ennui mortel et c’est là que je me dis qu’il faut réagir.

« Et c’est là que naissent les nouveaux projets ? »

C.T :Toujours.

« Au final l’ennui est fructueux ? »

C.T :Toujours.

« Ton futur projet sera donc boring ?!! »

C.T :Cela pourrait être intéressant.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s